Pourquoi la démocratie peut-elle sauver le monde ?

Face à l'anthropocène, il faut imaginer de nouveaux cadres pour penser le politique et notre relation au monde. Et cela implique de nouvelles formes d'urbanité.

Quand on pense à un individu qui peut être un moteur de changement vers une nouvelle compréhension du social ancrée dans l'Anthropocène, on pense à un sujet politique qui peut trouver dans la ville un espace d'actions capable d'articluer l'individuel et le collectif, le local et le global.

L'anthropocène est un concept politique qui affirme non seulement notre responsabilité en tant qu'humains dans le changement climatique ou la perte de biodiversité, mais aussi les conséquences que cela a sur la société, son organisation et ses principaux enjeux. C'est pourquoi l'anthropocène est un concept transcendantal qui va bien au-delà de sa légitimité géologique et/ou des caractéristiques anthropocentriques. C'est un concept politique parce qu'il doit servir à redéfinir notre rapport à notre environnement et surtout parce qu'il subjectivise le problème du dérèglement climatique en offrant une possibilité à la démocratie de jouer son rôle d'articulation.